Alain Jamot, Conseil littéraire et Copywriting

Catégorie : Ecrivains

John Locke, le millionnaire du Kindle

john locke
John Locke

J’ai reçu hier un mail de John Locke, un auteur de polars américains. Sur sa page Wikipedia en anglais (https://en.wikipedia.org/wiki/John_Locke_(author), on apprend comment il a complètement évité tous les pièges de l’édition, et comment il est devenu une véritable rockstar de l’auto-édition.

« Locke a été le premier auteur auto-publié de l’histoire à vendre un million de livres électroniques, ce qui fait de lui l’un des huit seuls auteurs à vendre ce nombre de livres électroniques. (Les sept autres auteurs sont Stieg Larsson, James Patterson, Nora Roberts, Charlaine Harris, Lee Child, Suzanne Collins et Michael Connelly). 

Il publie ses romans sous forme de livres électroniques par l’intermédiaire de Kindle Direct Publishing d’Amazon.

Depuis qu’il a commencé à publier en 2010, Locke a vendu plus de 2 millions de livres électroniques, dont 1,5 million de la série Donovan Creed. 

Début 2011, les deux premiers et quatre des dix meilleures ventes de la série Amazon’s Kindle étaient des romans de Locke. 

Dans son livre, How I Sold 1 Million eBooks in Five Months, Locke a indiqué que ses romans se vendaient à raison d’un toutes les sept secondes.

Les sept autres auteurs qui dépassent le million de ventes de livres électroniques vendent leurs romans à plus de 10 dollars. 

Comme Locke l’a rapporté au Daily Telegraph en 2011, « j’ai mis les auteurs les plus célèbres du monde dans la position d’avoir à prouver que leurs livres étaient dix fois meilleurs que les miens ». 

À ce prix, l’auteur gagne 35 % de royalties, contre 70 % si l’auteur fixait le prix du livre entre 2,99 et 9,99 dollars.

Locke a trouvé une méthode efficace pour vendre ses livres après une tentative infructueuse de publicité pour ses premiers romans. 

Il décrit son système dans How I Sold 1 Million eBooks in Five Months. 

Dans cet ouvrage, Locke utilise le terme « Loyalty Transfer » pour décrire l’acte de transfert de la fidélité d’un lecteur d’un concept ou d’une idée à un autre, et conseille aux futurs écrivains de rechercher des publics en rapport avec le contenu et le style de leur propre blog. 

Grâce à l’utilisation des médias sociaux et des blogs, Locke affirme qu’il a la capacité de créer de grandes quantités de publicité par le biais de son groupe de lecteurs fidèles, environ 100 000 selon ses estimations.

En août 2011, plusieurs éditeurs traditionnels étaient intéressés par l’offre d’un contrat d’édition à Locke, mais ce dernier a préféré conclure un accord de distribution de livres de poche avec Simon & Schuster, qui leur permettait de vendre des exemplaires physiques de ses romans dans les grandes surfaces. Il a conservé tous les droits éditoriaux et le contrôle de la conception, du contenu et des prix.

En août 2012, le New York Times a révélé que John Locke avait payé un service en ligne pour rédiger des critiques de ses livres, afin de stimuler artificiellement les ventes. »

Si vous lisez l’anglais, je vous recommande fortement de lire son livre How I Sold 1 Million eBooks in Five Months.

Il y dévoile une technique incroyable: il a lancé ses premières campagnes de promotion sur Twitter en créant un compte non pas en son nom, mais au nom de son héros, Donovan Creed !

Et il révèle que ses lectrices, majoritaires, adorent écrire directement à leur héros, comme s’il existait véritablement !

Plutôt malin, non ?

Pensez-vous que cette technique serait applicable à votre livre ?

Jean Guénot

Probablement le premier à avoir pratiqué l’auto-édition en France. Son manuel « Ecrire, guide de l’écrivain » présentait déjà tout ce qu’il fallait savoir pour écrire et publier en solo (première édition 1977 !).

Honneur à lui ! Sans ce magnifique bouquin, je n’aurais sans doute jamais osé franchir le pas, il y à très longtemps…

Et son oeuvre personnelle est pleine de fantaisie et de drôlerie, un régal…

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén