Alain Jamot, Conseil littéraire et Copywriting

Catégorie : Conseils d’écriture

SÉANCE D’ÉCRITURE: COMMENT DÉBUTER ?

COMMENT DÉBUTER SA SÉANCE D’ÉCRITURE ?

Quand on écrit tous les jours, on n’a pas toujours l’énergie nécessaire pour produire un texte génial.

On doute. On se dit qu’on est mauvais, qu’on ne va pas y arriver aujourd’hui.

Il existe pourtant une technique simple.

Simple comme bonjour.

Que tous les artistes utilisent.

Et tous les sportifs.

C’est quoi cette formule magique ?

L’ÉCHAUFFEMENT !

Eh oui… un pianiste fait ses gammes lentement, tranquillement, avant de se lancer dans des traits virtuoses.

Un champion d’athlétisme fait un petit tour tranquillos avant de se lancer dans un sprint.

Un écrivain peut faire pareil.

On a souvent les doigts gourds, le cerveau embrumé devant la page blanche.

La meilleure méthode pour dépasser cela, c’est d’écrire un truc sans enjeu.

Bon ou mauvais, on s’en fout.

Pour ma part, je commence souvent à répondre à des mails.

Où j’explique des trucs, je réponds aux questions, je rigole avec mes potes.

Pas d’enjeu.

Et au bout de quelques mails, je suis chaud, et je peux me lancer dans la rédaction d’un article ou d’un chapitre du travail en cours.

Pour certains, ce sera un exercice : écrire un lipogramme (un quoi ?), un pastiche, une liste de titres…

Un journal intime.

Une chronique.

Un post de blog, sur Facebook ou Twitter.

L’écriture, comme disait Yukio Mishima, le grand écrivain japonais, est un sport de combat, pas juste un truc de mec qui ne sort pas de sa chambre.

Mishima:: débuter sa séance d'écriture
L’écriture est un art martial…

Non, on s’engage par ses mots, on pratique tous les jours, et on s’échauffe.

Comme un sportif.

Et cela, tous les jours. C’est aussi le meilleur moyen de progresser techniquement.

Et vous, quelle est votre astuce pour bien démarrer votre séance d’écriture ?

Un conseiller littéraire, c’est quoi ?

Pour répondre à beaucoup de messages reçus me demandant en quoi consiste mon job de conseiller littéraire, voici quelques éclaircissements:

–) j’aide des auteurs qui se lancent dans l’auto-édition avec un diagnostic stratégique: on vérifie ensemble tous les éléments (couverture, titre, cible, plateforme, moyens de promotion…) afin de ne perdre ni temps ni argent.

–) je propose aux auteurs qui souhaitent passer par les maisons d’édition un diagnostic littéraire: analyse professionnelle en dix points d’un manuscrit (titre, niveaux de langage, intrigue, dialogue, style…), mise au point d’un dossier de présentation (lettre, synopsis, texte quatrième de couverture…).

Attention: ce n’est pas une prestation d’agent littéraire, je ne démarche pas les éditeurs pour les auteurs, mais je les aide à aborder cette recherche avec les meilleurs atouts possibles.

–) enfin, je suis en train de travailler sur une série de formations audio/vidéos, qui permettent aux auteurs qui n’ont pas le temps ou l’envie d’être accompagnés personnellement d’avancer en solo, en découvrant des stratégies et techniques autour de l’édition et l’auto-édition.

Je ne propose pas d’accompagnement dans l’écriture créative, tout simplement parce que je suis déjà enseignant à Désir d’écrire, la plateforme que j’ai créé il y a dix ans en Suisse avec un spécialiste de l’enseignement à distance.

Voilà voilà, vous savez tout ou presque sur ce merveilleux job de conseiller littéraire… 🙂

Si vous avez besoin de plus de renseignements, vous pouvez me joindre à alain@je-publie-mon-livre.com 

Comment trouver un titre pour votre livre

trouver un titre de livre
Un exemple de titre…

Trouver un titre pour votre livre: pas si facile…

Le titre est un élément fondamental.

C’est la première chose que l’on voit dans un livre, et souvent la dernière dont on se souvient.

Il faut donc le soigner particulièrement.

Pour ma part, je ne peux pas écrire un livre ou un article si je n’ai pas déjà le titre. Il va m’inspirer, me donner l’ambiance générale, l’atmosphère…

Or, trop souvent, chez mes élèves et les auteurs que j’aide au quotidien, je vois des titres qui ne fonctionnent pas.

Trop longs, trop alambiqués, ou sans aucune efficacité.

Que faire dans ce cas ?

Deux techniques pour vous aider.

Technique n°1 : la tasse à café.

Levez-vous sans parler à personne (je sais, c’est dur pour le conjoint et les enfants…). Allez dans la cuisine avec un stylo et un bloc de papier.

Versez-vous la première tasse de café (ou de thé) de la journée, installez-vous, et écrivez dix titres.

Sans réfléchir. Tout ce qui vous vient, sans vous juger, même si ça vous paraît nul.

Cela ne doit pas vous prendre plus de dix minutes.

Puis laissez reposer, n’y pensez plus.

Quelques jours après, relisez cette liste : d’ordinaire, deux ou trois titres vont scintiller devant vous. Ils vous feront sourire, vous vous sentirez bien, vous êtes dans la bonne direction.

Rassemblez une suite de quatre ou cinq personnes de votre entourage, ou sur Facebook, et testez votre sélection.

Dans 90 % des cas, un titre fera l’unanimité. Vous l’avez enfin, ce fameux titre !

Technique n°2 : le générateur de titre.

Saviez-vous qu’il existe des logiciels en ligne qui peuvent générer à l’infini des propositions de titres ?

Mon préféré se trouve ici : http ://www.omerpesquer.info/untitre/

Tapez juste votre nom, et il vous proposera sans relâche des couvertures de livres, avec votre titre, mais aussi une illustration pour titiller votre ego et votre imagination.

C’est drôle, c’est rapide, et c’est gratuit !

Voilà, avec ces deux techniques, vous n’aurez plus d’excuse pour ne pas avoir un bon titre pour votre nouvel opus.

Dernière chose : pour être certain que votre titre n’est pas déjà celui d’un livre connu, faîtes une recherche :

–) dans Google

–) sur Amazon et la FNAC

–) dans le catalogue général de la BNF

Allez-vous utiliser ces techniques pour trouver un titre pour votre livre ?

Désir d’écrire

Désir d’écrire… La formation à l’écriture créative que j’ai co-fondée il y a dix ans déjà et dans laquelle j’enseigne toujours, à Genève… Nous sommes n°1 en francophonie ! https://www.facebook.com/desirdecrire/

Relecture de votre manuscrit

Deux astuces pour finaliser la relecture de votre manuscrit avant publication, et débusquer les dernières coquilles: 

–) 1 changer la police de caractère, sa taille ou sa couleur, afin d’obliger votre cerveau à lire votre texte comme s’il était tout neuf 

–) 2 relire votre livre à l’envers, en partant de la dernière page, afin de s’obliger à ne voir que le texte physique, et ne pas se laisser emporter par nos souvenirs de la lecture précédente et le sens. 

Cela demande une petite gymnastique intellectuelle, mais c’est très efficace ! Tout cela bien sûr en complément d’un sérieux correcteur ortho-typographique.

Jean Guénot

Probablement le premier à avoir pratiqué l’auto-édition en France. Son manuel « Ecrire, guide de l’écrivain » présentait déjà tout ce qu’il fallait savoir pour écrire et publier en solo (première édition 1977 !).

Honneur à lui ! Sans ce magnifique bouquin, je n’aurais sans doute jamais osé franchir le pas, il y à très longtemps…

Et son oeuvre personnelle est pleine de fantaisie et de drôlerie, un régal…

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén